Louez l’espace inutilisé chez vous sur Ouistock

Oui stockLes concepts qui s’appuient sur l’économie collaborative ont souvent tendance à “dépoussiérer” certains secteurs. Ouistock s’attaque au marché de la location d’espaces de stockage en proposant une solution innovante de garde-meubles entre particuliers.

Un garde meuble économique, pratique et sûr

Quiconque a déménagé au moins une fois dans sa vie sait à quel point la recherche d’un espace de stockage peut s’avérer à la fois pénible et onéreuse. La plupart des espaces de stockage sont en effet situés à la périphérie des villes dans des endroits qui ne sont pas toujours faciles d’accès. Leur prix, en revanche, est plus élevé que celui en centre-ville (jusqu’à deux fois dans certaines villes comme Lille).

Ouisock répond à ces incohérences en vous proposant de louer un espace de stockage chez un particulier qui habite à coté de chez vous ou de l’endroit où vous souhaitez emménager. En plus d’être pratique, cette solution a le mérite d’être jusqu’à 60% moins chère tout en bénéficiant des même garanties que dans un espace de stockage classique. Les lieux de stockage proposés à la location par les utilisateurs sont certifiés par Ouistock et vos biens sont automatiquement couverts par une assurance Swisslife.

Graph ouistock

Une façon simple de rentabiliser l’espace inutilisé chez soi

Garage, grenier ou même un placard, vous pouvez proposer à la location tout espace que vous n’utiliseriez pas et gagner de l’argent grâce à celui-ci. Les propriétaires inscrits sur Ouistock gagnent en moyenne 120€ par mois ce qui n’est pas négligeable.

D’autant plus que l’utilisation de la plateforme est très simple et que les versements de vos loyers sont automatiques et sécurisés.

Disponible partout en France

Grâce à une levée de fonds réalisée cette année, Ouistock a développé son activité et est à présent disponible dans 1500 villes de France (plus de 4 000 espaces de stockage ont été référencés sur le site pour un volume total de 250 000 m³).

Et pour ceux qui souhaiteraient louer leur garage, sachez que 1 500 personnes recherchent un espace de stockage par jour sur le site.

Likibu facilite vos recherches de location pour vos prochaines vacances

L’émergence de nouveaux acteurs dans le secteur de la location saisonnière (plateformes collaboratives comme AirBnb, Windu ou HouseTrip) a considérablement enrichi l’offre à disposition des vacanciers. Likibu vous permet de simplifier vos recherches et de comparer les différentes possibilités qui s’offrent à vous.

likibu-logo

Comparer les offres des différents acteurs du marché de la location de vacances

Quant il s’agit de louer un logement, le vacancier a plusieurs options à disposition :

  • Les sites issus de la mouvance de la consommation collaborative, (ex: Wimdu, Housetrip) qui se posent en tiers de confiance, et permettent aux locataires de réserver directement en ligne
  • Les sites d’annonces de particuliers à particuliers, (ex: Abritel, Homelidays) où le site est une simple plateforme de mise en relation entre propriétaires et locataires, et où la transaction se fait majoritairement off-line
  • Les agences immobilières/sites professionnels (ex: Interhome, Belvilla) qui proposent une gestion professionnelle de la réservation (service client 24h/24) et des services connexes comme la remise des clés à l’arrivée des locataires
  • Les résidences de vacances (ex: Pierre & Vacances, Odalys) qui proposent une gestion hôtelière de la location de vacances.likibu schéma

L’algorithme de recherche de Likibu va sélectionner les meilleurs offres selon les critères spécifiés par l’utilisateur comme la localisation, le prix, la fréquence de location, les disponibilités futures, les notes des voyageurs, ou même la fiabilité de l’hôte. L’utilisateur est ensuite redirigé vers le site partenaire pour finaliser la réservation.

Likibu nous apparaît comme un outil particulièrement efficace qui rend les recherches de locations de vacances moins fastidieuses.

Image

What Travelers Can Bring Along

It’s a problem that everyone has been confronted with at least once in their life when packing: “Am I allowed to bring this with me ?” “How many pairs of shoes can I buy abroad ?” “Will I go to jail if I have a toothpick in my suitcase ?”

Don’t worry, we’ve gathered the all crucial information you need to know before taking off! Here is our Best Of the customs policies around the world: InfographicCustoms

  • The Most Selective goes to: The United States of America – The amount of goods you can bring not only depends on the type of  goods, but also on whether you are an american resident returning home or a foreigner visiting, on the length of your stay and on how many times you have seen the Die Hard trilogy (the last one was a joke, just in case…). But that’s not it! There are also several products that are strictly prohibited for more or less occult reasons, such as soft cheese, “foie gras” and Kinder Surprise! Schoko-Bons are OK though. Guess it’s the surprise they don’t like.
  • The Most “Free Trade” goes to: The European Union – Within the UE, you can carry along as many commercial goods as you want when crossing the borders, except of course for some particular products such as alcohol, tabacco, or medecine.
  • The Most Literary goes to : Brazil. No limitation on the amount of books and periodicals you can carry. Very educated of you fellows!
  • The Highest duty free allowance goes to: Japan – In Japan you are allowed to bring up to 200.000 ¥ of goods for free. That’s what we call welcoming the globalization with open arms! #CountryOfTheRisingFun
  • The Lowest duty free allowance goes to: Brunei – 1$… Really ? Good luck queuing up to declare your Mars bar.
  • The Most Indelible goes to: Australia – Erasers prohibited. That’s the reason why: “What happens in Australia stays… in Australia.”

Check out the exhaustive list of customs allowances all around the world right here.

Cheers,

The Globshop Team

The Sharing Bros Episode #3

New step for our bros ! They’ve arrived in Mexico where collaborative economy seems to be a little less common than in the US. But still, this Kangou platform is the kind of concept we like at Globshop. And if Nicolas Brusson, cofounder of Blablacar, is around, it must mean that sharing economy has its place there too !

The Sharing Bros Episode #2

The Sharing Bros’ journey continues: They have now set foot in San Franciso, the hearth of sharing economy (don’t know if you have heard of little startups such as Airbnb or Couchsurfing😉 ).

Enjoy !

[BONUS] Thanks message to Globshop for contributing to their crowdfunding campaign, in front of the Gloden Gate Bridge ! You are welcome guys !

Cookening : Voyageurs, tentez le “social dining”!

SnrziY2bymFZvge
L’une des nouvelles tendances qui surfent sur la portée sociale inhérente à tout modèle collaboratif est le “social dining”, ou comment rencontrer de nouvelles personnes en partageant un repas. 

Qu’est ce que le social dining?

Il y a un an, Covoiturage.com changeait de nom et devenait BlaBlaCar, sensé exprimer davantage la convivialité des discussions en voiture lors des trajets en covoiturage. Cela illustre la volonté des acteurs de l’économie collaborative d’insister sur la portée sociale de leur service , à présent que les bienfaits pour le consommateur/utilisateur sont connus de tous.

Effectivement, la composante sociale du collaboratif est évident et de nombreuses start-ups ont vu le jour avec cette volonté de proposer à leurs utilisateurs une nouvelle façon d’interagir avec les autres.

C’est le cas du “social dining”. Concrètement il s’agit pour des personnes issues d’environnements et/ou de culture variés de se retrouver autour d’un diner et de partager sur leurs expériences, leurs centres d’intérêt, etc. On peut citer notamment Cookening, Cooknmeet, Bookalokal, EatWith ou encore Feastly.

Cookening, le social dining pour les voyageurs

Parmi toutes ces nouvelles entreprises qui cherchent à promouvoir cette nouvelle tendance, Cookening, qui semble particulièrement adapté aux voyageurs, a attiré notre attention.

Car c’est précisément dans ce cas de figure que le social dining prend tout son sens selon nous. Quoi de mieux que de découvrir un pays en dinant chez un particulier et en partageant un repas typique de la région dans laquelle vous vous trouvez?

Cookening est donc une plateforme ou des locaux qui désirent faire vivre et partager leur tradition culinaire et des voyageurs à la recherche d’une expérience authentique peuvent se rencontrer pour vivre un moment inédit.

Comment ça marche…

Les hôtes inscrivent les dates auxquelles il souhaitent accueillir des invités, renseignent leur type de cuisine, le nombre d’invités attendus et la participation qui sera demandée aux convives. Le montant de la participation varie entre 20 et 40 euros dans la majeure partie des cas. Ce n’est pas donné mais pour un repas de qualité et l’expérience qui en découle, cela ne nous semble pas exagéré.

Les voyageurs n’ont alors plus qu’à sélectionner les diners auxquels ils souhaitent se rendre dans la ville de leur choix.

Cookening met largement en avant les rencontres que vous êtes amenés à faire, les expériences que vous êtes amenés à partager avec d’illustres inconnus, etc. Aussi serez vous invité à renseigner votre profile en y incluant les voyages que vous auriez pu faire ou vos centres d’intérêt par exemple. On vous recommande de jouer le jeu! Cela permettra aux autres utilisateurs de se faire une idée de qui vous êtes et ne pourra qu’améliorer votre expérience Cookening!

Voici une vidéo qui vous aidera à vous faire une idée…

Cookening est solidement implanté en France bien sur et dans l’Union Européenne et a commencé à se développer dans d’autres régions du monde.

. . .

 

Cookening: Travelers, let’s try “social dining”!

One of the new trends that is riding the social implications inherent in any collaborative model is “social dining”, or how to meet new people by sharing a meal.

What is the social dining?
 
A year ago, Covoiturage.com became BlaBlaCar. This name changing was not made without reason: it demonstrates the will of shareable economy actors to insist on the social impact of their service, now that the benefits for the user/consumer are well known.
The social impact of the shareable economy is obvious and many start-ups were born with the perspective to provide its users with a new way to interact with others.
Thus as seen in the case of “social dining”. It consists of people from different backgrounds and cultural environments meeting around a meal and sharing their past experience, hobbies, knowledge, etc. We can mention Cookening, Cooknmeet, Bookalokal, EatWith or Feastly.
 
Cookening, the social dining for travelers
 
Among all these companies seeking to promote this trend, Cookening, which seems to be particularly adapted to travelers, piqued our interest.
For us, it is indeed what social dining is all about. What could be a better way to discover a country then to have dinner at a host’s home and share typical regional dishes?
Cookening is thus a platform where local people who have a desire to promote the culinary tradition of their countries or regions, and travelers looking for an authentic experience, can meet to share a unique moment.
 
How does it work?
 
Hosts record the dates at which they want to invite guests, their kind of cooking and the amount which will be expected of the guests to contribute, rarely exceeding 40 euros.
Travelers simply select the dinners they wish to attend in the cities of their choice. 
Cookening intensely promotes the meeting you are likely to have, experience you are likely to share with friendly strangers, etc. Cookening will invite you to share some information about yourself on your profile, including the journeys you have made or specific hobbies that interest you. Play the game! This allows other users to have an idea of who you are and can improve your Cookening experience that much more!

The Sharing Bros Episode #1

Hey ! Have you heard of The Sharing Bros ? Their names are Ivan, Mathieu and Roro, they are french sharing-economy lovers and they have decided to face the challenge of traveling 21 000 km, across 15 countries, during 6 months, only by using collaborative concepts !

Easy right ? Let’s see that with the first episode of their web serie : first stop Vancouver !

Vous connaissez les Sharing Bros ? Ils s’appellent Ivan, Mathieu et Roro, ils sont français et fans d’économie collaborative, et ils ont relevé le défi de parcourir 21 000 km, à travers 15 pays, pendant 6 mois, en utilisant uniquement des concepts liés à l’économie collaborative !

Facile non ? Voyons ce que donne le premier épisode de leur web-série : première arrêt Vancouver !

We will keep you posted about their adventures !

Stay tuned,

The Globshop team